Home / Systèmes nationaux / Pays / Royaume-Uni / Participation financière des salariés / Position des syndicats

Participation financière

Les syndicats britanniques sont traditionnellement opposés à la participation financière. Au Royaume-Uni, les négociations salariales sont de plus en plus menées au niveau de l’entreprise. Aussi l’influence des syndicats sur la participation aux bénéfices est-elle restée pratiquement sans effet jusqu’à présent au niveau national. La mise en œuvre des régimes de participation se fait de façon relativement unilatérale.

 

 

 

À l’occasion de la privatisation des entreprises publiques, menée principalement dans les années 90, les syndicats ont joué un rôle actif dans l’instauration des régimes d’actionnariat salarié. C’est pourquoi ils y sont plus ouverts. Récemment, la principale confédération syndicale, le Trades Union Congress (TUC), a adopté un point de vue plus positif sur la participation financière. Certains ont même pris l’initiative de proposer des plans. De manière générale, les syndicats britanniques préconisent que ces régimes soient accessibles à l’ensemble des effectifs, y compris les salariés à temps partiel, et ne remplacent pas les rémunérations normales. Ils souhaitent en outre que leur mise en place soit soumise à la consultation des représentants des travailleurs1 .

Wilke, Maack et Partner (2014). Rapports nationaux sur la participation financière en Europe, élaborés pour le site www.worker-participation.eu. Première publication en 2007 et mise à jour complète en 2014.