Home / Systèmes nationaux / Pays / Lettonie / Syndicats

Syndicats

La Lettonie compte une seule confédération syndicale, la LBAS, à laquelle est affiliée la majorité des syndicats importants. Avec 13 %, le taux de syndicalisation est relativement faible. Il est plus élevé dans le secteur public que dans le secteur privé.

 

 

On dénombre un peu plus de 100 000 travailleurs syndiqués en Lettonie (2012), soit environ 13 % de la population active (le nombre total de travailleurs a reculé de près d’un quart depuis le début de la crise), des résultats légèrement inférieurs aux statistiques plus anciennes compilées par la base de données des syndicats ICTWSS, qui chiffrait le taux de syndicalisation à 14,8 % en 20081 .

 

 

La seule confédération syndicale du pays est la LBAS (Latvijas Brivo Arodbiedrìbu Savieníba, Confédération des syndicats indépendants de Lettonie), qui totalise 109 000 affiliés, dont 100 000 sont actifs2 . Créée en 1990, la LBAS a succédé à l’ancienne structure syndicale lettone, qui existait quand le pays faisait encore partie de l’Union soviétique.

 

 

 

 

La LBAS regroupe 20 syndicats, généralement organisés par secteur ou profession. Les principaux syndicats sont : LIZDA (32 597 membres ; éducation et sciences) ; LDzSA (13 000 membres ; chemins de fer et transports) ; LVSADA (12 169 membres ; santé et secteur social) ; LAKRS (7 695 membres ; services publics et transports). En interne, les syndicats se composent d’organisations locales opérant sur les différents lieux de travail. La LIZDA compte par exemple 1 328 organisations syndicales locales et la LAKRS en possède 189.

 

 

Certains petits syndicats – un syndicat peut être créé par 50 personnes – ne sont pas affiliés à la LBAS. En mars 2013, 207 syndicats étaient enregistrés en Lettonie, dont seulement 188 étaient déclarés en activité3 .

 

 

La LBAS est officiellement neutre dans un paysage politique complexe en pleine évolution. Elle joue néanmoins un rôle important aux côtés de la confédération patronale dans l’élaboration des politiques économiques et sociales du pays.

 

 

Les syndicats ont perdu de nombreux affiliés depuis l’indépendance du pays en 1991. En 1995, la LBAS accueillait encore plus de 275 000 membres, contre 109 000 à l’heure actuelle. Le taux de syndicalisation reste plus élevé dans le secteur public que dans le secteur privé, même si certains syndicalistes travaillent dans d’anciennes entreprises publiques aujourd’hui privatisées et dans des sociétés aux mains de multinationales.

L. Fulton (2013) La représentation des travailleurs en Europe. Labour Research Department et ETUI. Réalisé avec l'aide du Réseau SEEurope, publication en ligne, disponible sur : http://fr.worker-participation.eu/Systemes-nationaux