Home / Systèmes nationaux / Pays / Irlande / Syndicats

Syndicats

Environ un tiers des travailleurs irlandais sont membres d’un syndicat. Il existe une seule confédération syndicale, l’ICTU, au sein de laquelle les syndicats affiliés, en particulier les syndicats majoritaires, jouissent d’un pouvoir et d’une influence considérables.

 

 

Selon les chiffres des syndicats eux-mêmes, la République d’Irlande compte environ 580 000 personnes syndiquées. L’enquête nationale trimestrielle auprès des ménages de 2011 montre toutefois que seulement 476 000 affiliés sont salariés, soit un taux de syndicalisation de 31 %, une statistique contestée par les syndicats, notamment parce que les personnes ne répondant pas à la question sont classées parmi les non-syndiqués1 . Les résultats de l’enquête auprès des ménages sont également inférieurs à l’estimation de la base de données syndicats ICTWSS, qui a évalué le taux de syndicalisation à 36,1 % en 20112 .

 

 

Les syndicats irlandais appartiennent à une seule structure syndicale, l’ICTU (Irish Congress of Trade Unions, Congrès des syndicats irlandais), qui regroupe 49 organisations affiliées. L’ICTU opère à la fois en République d’Irlande (579 578 membres) et en Irlande du Nord (217 711 membres) (chiffres de 2011). Les syndicats affiliés sont basés dans les deux parties de l’île, ainsi qu’en Grande-Bretagne. Seul un petit nombre de syndicats n’est pas affilié à l’ICTU, dont le plus important est le National Bus and Rail Union, qui compte 3 700 affiliés.

 

 

Bien que l’ICTU joue un rôle important dans les relations avec le gouvernement, elle constitue plus un regroupement de syndicats indépendants et autonomes qu’une véritable confédération, qui chapeaute et commande aux syndicats qui la composent.

 

 

Le SIPTU, syndicat généraliste, est de loin le plus grand syndicat de l’ICTU. Il est actif dans de nombreux secteurs. Il totalise 199 881 membres en République d’Irlande, soit 34 % des affiliés de l’ICTU dans le pays, et 7 000 membres en Irlande du Nord. Les syndicats les plus importants en République d'Irlande sont ensuite le syndicat des services publics IMPACT avec 63 566 membres (plus 60 en Irlande du Nord), le syndicat du commerce de détail MANDATE avec 40 286 membres (tous en République d’Irlande), le syndicat des infirmiers et des sages-femmes INMO avec 40 100 membres (tous en République d’Irlande) et le syndicat de l’électricité et de l’ingénierie technique TEEU avec 39 000 membres (tous en République d’Irlande. Unite, basé au Royaume-Uni, est le deuxième syndicat le plus important de l’ICTU avec 72 090 membres, mais 31 594 sont en République d’Irlande et 40 496 en Irlande du Nord (chiffres au 31 décembre 2010)3 .

 

 

L’ICTU n’est officiellement affilié à aucun parti politique, mais une poignée de syndicats, dont le SIPTU, sont apparentés au Parti travailliste irlandais. Leur influence au sein du parti est toutefois limitée, puisqu’ils ne comptent que pour 10 % de ses délégués. Les syndicats coopèrent en outre avec les gouvernements de tous bords.

 

 

L’évolution de l’emploi dans le pays a fortement pesé sur le taux de syndicalisation, c’est-à-dire la part des travailleurs syndiqués. Pendant la période de boom de l’emploi, les effectifs syndicaux ont augmenté de 100 000 affiliés environ en dix ans, alors que le taux de syndicalisation diminuait selon l’enquête auprès des ménages : de 46 % en 1994 à 35 % en 2004 et 31 % en 2007. Cette tendance a cadré avec l’évolution du marché du travail. Les syndicats avaient en effet du mal à s’imposer dans nombre des secteurs en pleine croissance, comme l’électronique (entreprises majoritairement américaines) et les services privés, par exemple l’industrie hôtelière. Avec la crise économique qui a éclaté en 2008, les effectifs syndicaux ont ensuite légèrement reculé – passant de 558 000 en 2007 à 511 000 en 2010 selon l’enquête auprès des ménages – mais moins que l’emploi. Le taux de syndicalisation a par conséquent progressé pour atteindre la barre des 33 %. Depuis, le nombre de travailleurs syndiqués a diminué (476 000 en 2012), tout comme le taux de syndicalisation (31 %). Le taux de syndicalisation est plus élevé chez les femmes (34 %) que chez les hommes (28 %) et les syndicats comptent actuellement 267 000 femmes et 209 000 hommes.

 

 

Selon les statistiques de la National Workplace Survey, les syndicats sont beaucoup plus puissants dans le secteur public – où plus de deux tiers (68,7 %) des travailleurs sont syndiqués – que dans le secteur privé, où la part est d’un quart environ (24,9 %)4 .

L. Fulton (2011) La représentation des travailleurs en Europe. Labour Research Department et ETUI (online).