Home / Systèmes nationaux / Pays / Hongrie / Participation financière des salariés / Position des syndicats

Participation financière

Au niveau national, les syndicats ont participé à l’élaboration des différentes formes d’actionnariat salarié pendant le processus de privatisation. Aujourd’hui, ils s’intéressent à la participation financière des salariés, mais sans la soutenir de manière active.

 

 

L’actionnariat salarié a joué un rôle important dans la création de la Fédération nationale des conseils de travailleurs (Munkástanácsok Országos Szövetsége), l’une des confédérations syndicales hongroises nées pendant la phase de mutation. Le premier conseil de travailleurs a été institué dans une usine de porcelaine, qui a également été le prototype des régimes d’actionnariat salarié. L’organisation nationale s’est associée au gouvernement post-socialiste dans l’élaboration du cadre juridique de l’actionnariat salarié.

 

 

Au niveau local ou de l’entreprise, les syndicats ont toutefois souvent fait preuve de passivité. Les actions qu’ils ont menées dans le but de faire part de leur intérêt dans le rachat d’entreprises par les salariés ont été limitées. Ils n’ont joué aucun rôle dans l’organisation de la procédure.

 

Cependant, certains syndicats locaux ont activement milité en faveur de l’acquisition d’actions à des conditions préférentielles et les rachats par ESOP.

 

Les syndicats n’ont cependant pas formellement participé à la gestion des ESOP.

 

 

 

En dépit de certains intérêts, les syndicats ne soutiennent pas activement la participation financière des travailleurs à l’heure actuelle1 .

 

 

Wilke, Maack et Partner (2014). Rapports nationaux sur la participation financière en Europe, élaborés pour le site www.worker-participation.eu. Première publication en 2007 et mise à jour complète en 2014.