Home / Systèmes nationaux / Pays / Espagne / Participation financière / Position des syndicats

Participation financière

Les syndicats espagnols se montrent globalement critiques envers les régimes de participation financière des travailleurs. Ils sont cependant acceptés dans certains cas, dès lors qu’ils viennent compléter le revenu normal et ne remplacent pas des éléments de la rémunération.

 

Bien que les partenaires sociaux soient signataires de la loi de 1994 visant à encourager les formules de participation financière flexibles, les deux parties n’en ont pas tenu compte lors des processus de négociation ultérieurs. Ils semblent toujours aussi peu intéressés par la question.

 

Les syndicats préfèrent les augmentations salariales réelles et se montrent critiques face aux nouvelles formes de rémunération, telles que les programmes d’encouragement à long terme. Ils sont en outre réticents à accepter les modèles de participation s’ils ne s’accompagnent pas d’un renforcement de la codétermination. Leur position négative vis-à-vis des modèles de rémunération flexibles plonge ses racines dans leur tradition de négociation collective.

 

La Fédération des employeurs espagnols fait elle aussi preuve d’une certaine réserve concernant les programmes d’encouragement à long terme. Certaines organisations patronales pensent en outre que l’actionnariat salarié peut aider les entreprises en difficulté.

 

Wilke, Maack et Partner (2014). Rapports nationaux sur la participation financière en Europe, élaborés pour le site www.worker-participation.eu. Première publication en 2007 et mise à jour complète en 2014.