Home / Systèmes nationaux / Pays / Croatie / Participation financière / Position des syndicats

Participation financière

La fin de l’ancienne Yougoslavie a aussi marqué la fin d’un syndicat unique contrôlé par le parti communiste. Aujourd’hui, il est courant que les travailleurs soient représentés par de nombreux syndicats dans leur entreprise, qui ne montrent cependant que peu d’intérêt à promouvoir la participation financière ou à demander la mise en place de dispositifs correspondants.

La Croatie compte aujourd’hui quatre grandes confédérations syndicales et de nombreux syndicats et associations plus modestes. Entre 20 % et 50 % des travailleurs sont membres actifs d’un syndicat. Lors du processus de privatisation, les syndicats n’ont pas particulièrement défendu la participation financière des travailleurs. Aucune convention collective ne prévoit de dispositifs d’actionnariat salarié ou de participation aux bénéfices. Ce n’est qu’au moment de la troisième phase de privatisation, au début des années 2000, que certains syndicats et dirigeants syndicaux se sont prononcés en faveur de l’actionnariat salarié, l’envisageant comme une méthode de privatisation des actifs de l’État. À l’heure actuelle, la participation financière des travailleurs n’est ni rejetée ni préconisée par les grands syndicats1 .

Wilke, Maack et Partner (2014). Rapports nationaux sur la participation financière en Europe, élaborés pour le site www.worker-participation.eu. Première publication en 2007 et mise à jour complète en 2014.