Home / Dialogue social européen / Sectoral ESD / Bois / Aperçu général

Aperçu général du secteur

L’importance de la filière bois est montée en puissance dans l’Union européenne au fil des élargissements (Suède, Finlande, etc.). Après avoir traversé une longue période de crise, et avoir été confrontée à une concurrence internationale croissante, la filière bois européenne a adopté une stratégie de spécialisation, de diversification, et de gestion durable des forêts européennes.

Aujourd’hui, le secteur du bois est composé pour l’essentiel de petites et moyennes entreprises. On en dénombre dans l’UE quelque 340 000, qui emploient plus de 3 millions de travailleurs.

Le secteur forestier et l’industrie du bois ont constitué pour l’Europe des enjeux qui sont montés en puissance avec l’élargissement de 1995 (Suède, Autriche, Finlande). Dans l’Europe des Douze, en effet, le taux de boisement était modeste (de l'ordre de 25 %), alors que l'Autriche, la Finlande et la Suède se caractérisent par une forte proportion de forêts (plus de 60 % du territoire). En termes quantitatifs, l’élargissement à l’Europe des Quinze avait multiplié par deux la superficie forestière communautaire. Le taux d’auto-approvisionnement en bois était passé de 55 % en 1994 à 91 % en 1996 (Agence Europe, 29 juin 1998).

Aujourd’hui, dans l’Europe des 27, les forêts et autres surfaces boisées occupent 177 millions d'hectares, soit 42 % de sa superficie, selon Eurostat. 73 % des forêts (soit 129 millions hectares) étaient disponibles pour la production de bois en 2005.

La filière bois comprend des activités allant de la fabrication de l'ameublement à la fabrication de menuiseries, charpentes, portes, en passant par le travail mécanique du bois, les scieries, l’emballage, le négoce et l’importation du bois et de ses produits dérivés. Ce secteur se caractérise par une forte proportion de PME (en raison de la structure familiale de la plupart des activités artisanales du passé).

Après avoir traversé une crise importante tout au long des années 1970 et début 1980, puis avoir été confrontée à une concurrence internationale croissante, l’industrie du bois a centré ses investissements sur l’introduction de nouveaux produits et de nouvelles technologies de production dans les années 1990. De nombreuses PME ont adopté une stratégie de spécialisation et de diversification.

Aujourd’hui, outre la question de l’élargissement et de la mondialisation du commerce, la filière bois est confrontée à deux enjeux économiques majeurs : le commerce du bois et de ses produits dérivés issus de l'exploitation illégale des forêts, et la gestion durable de la foresterie européenne. En 2006 a été signé un accord international sur les bois tropicaux (AIBT). Le 17 octobre 2008, la Commission européenne a présenté un « paquet forêts » afin de prévenir la commercialisation du bois illégal en Europe. Le 17 février 2009, la commission de l’environnement du Parlement européen en appelait à des règles radicales, soulignant qu'entre 20 et 40 % de la production industrielle de bois à l'échelle mondiale provient de sources illégales, et que près de 20 % atterrit sur le marché européen.

Notons enfin que le bois est constitué à 50 % de carbone ; la forêt, par sa biomasse et par l'humus qui se forme dans son sol, constitue un moyen de lutter contre les gaz à effet de serre.


Observatoire social européen (2010) Fiches sur le dialogue social sectoriel européen. Projet coordonné par Christophe Degryse, www.worker-participation.eu/EU-Social-Dialogue/Sectoral-ESD